Chrétiens infertiles

Lorsque l'enfant ne paraît pas

Pourquoi ce site?

Ce site est né d’une souffrance, ou plus précisément de paroles et de gestes blessants que nous avons entendus et vus un soir de Noël, à la fin d’une messe de la nuit de Noël. À défaut de pouvoir dire « plus jamais ça », nous avons eu envie de dire « le moins souvent possible ». Les paroles et l’attitude qui nous ont blessés ce soir-là nous ont donné envie d’agir pour faire connaître aux différentes Églises chrétiennes la souffrance et la mise à l’écart que peut ressentir un couple infertile dans sa vie de foi et dans sa vie communautaire.

Ce site se veut chrétien. Il a été créé à l’initiative d’un couple catholique mais il est ouvert aux témoignages, aux réflexions et aux initiatives de couples de toutes confessions chrétiennes.

La vocation de ce site n’est pas contestataire. Nous aimons l’Église à laquelle nous appartenons et nous y sommes attachés. Puisque nous y sommes attachés, nous souhaitons qu’elle prenne la mesure de la souffrance de tous ses membres qui souffrent, et particulièrement des couples confrontés à l’infertilité. Au fil des témoignages, des incompréhensions, des révoltes, même, contre certains points de doctrine des différentes églises peuvent apparaître. Ces révoltes naissent de situations vécues et de souffrance et elles sont exprimées à titre personnel. Ne pas les publier serait occulter une partie du parcours de certains couples confrontés l’épreuve de l’infertilité.

Il s’agit donc d’un endroit pour témoigner et pour réfléchir à la place que peuvent avoir les couples infertiles dans leur vie ecclésiale, quand celle-ci valorise souvent les parents au détriment du couple. Et parce que ce blog ne se veut pas défaitiste, nous relayons aussi les initiatives locales qui existent déjà en paroisse ou dans certains diocèses ou les témoignages heureux sur des prêtres, des laïcs, des communautés ecclésiales qui ouvrent une place à l’infertilité en tant que telle.

Ces témoignages et ces réflexions ont pour but de sensibiliser les prêtres et les laïcs à ce qui peut sembler des détails sans importance mais qui est ressenti avec grande force par les couples infertiles. La tâche peut sembler prétentieuse. Nous ne prétendons pas tout changer d’un coup mais nous espérons que ce blog sèmera quelques graines qui ne demanderont qu’à germer.

N.B. L’image choisie pour illustrer cet article est une fresque de Giotto (début du 14ème siècle): Joachim chassé du Temple. Dans leur immense majorité, les églises chrétiennes ne considèrent pas que la stérilité est une malédiction envoyée par Dieu, contrairement aux croyances en vigueur à l’époque de l’ancienne alliance. Mais des attitudes et des paroles rencontrées nous font penser que certains fidèles le croient encore. Voilà pourquoi nous avons choisi ce tableau.

6 Commentaires

  1. Bravo pour ce site!

  2. Merci Stéphanie pour ces encouragements!

  3. Ouffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff !

    Quel soulagement de voir votre site !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Concrètement dans ma vie de femme je ne suis pas concernée mais dans mon coeur je me sens révoltée par le manque de pudeur et de respect lorsque les gens parlent de ce sujet si délicat d’avoir ou non des enfants, de se battre ou non pour en avoir, du nombre d’enfants que l’on a, des grandes familles!

    [Note de Chrétiens infertiles: une partie du commentaire a été supprimée à la demande de son auteur.]

  4. Et un grand grand grand merci pour vos articles « les propos à éviter », quel dommage que je ne l’ai pas lu avant d’annoncer ma 3è grossesse à nos amis qui attendent encore patiemment d’avoir des enfants ! J’espère que grâce à des blogs comme le vôtre la plupart des gens auront plus de pudeur pour aborder le sujet si intime de la famille et que l’image « marié deux enfants » ne sera plus la seule et unique norme à respecter pour être respecté et apprécié dans la société actuelle.

  5. Je peux le dire officiellement : bravo pour ce site. Il est clair, très pro. J’espère que tous ceux qui en ont besoin trouveront le réconfort attendu et que les proches de ces couples, quelques pistes pour les accompagner (ou tout simplement éviter quelques paroles maladroites).

  6. Je viens de découvrir votre site et tout ce que j’y lis me paraît très juste. En effet, je suis mariée depuis 10 ans, nous avons deux enfants et avons à chaque fois attendu longtemps et même vécu les stimulations ovariennes…j’ai aussi vécu 4 fausses-couches, je préfère dire que nous avons quatre bébés non-nés…et au moment où nous nous sommes engagés dans une demande d’agrément en vue de l’adoption, j’ai découvert avec surprise que j’étais enceinte. la naissance est prévue début septembre. Je dois dire que nous avons souffert de traversées du désert, de voir nos amis ou connaissances agrandir leur famille si rapidement. Les prêtres ne sont pas toujours formés pour accompagner les couples qui attendent un enfant ou vivent des deuils d’enfants à naître.
    Dans une certaine mentalité, plus on a d’enfants, plus on est méritant, une vraie famille chrétienne… et les autres alors, ceux qui souffrent de ne pas accueillir d’enfant?
    C’est bien que des chrétiens parlent, se soutiennent, prient, prennent en compte ces souffrances, ne les minimisent pas.Ce qui m’a aussi aidé est de vivre une session avec des psys chrétiens afin de parler de ces questions, de réfléchir sur mon désir d’enfant, pma ou non, choix éthiques, adoption ou non, deuils des bébés non nés etc…On a aussi tendance à nier la démarche de deuil à accomplir après une fausse-couche, chemin parfois bien long qui passe par une reconnaissance des souffrances, de la réalité de ces bébés, un accompagnement, une écoute. Voilà, je voulais partager un peu de mon parcours.

Laisser une réponse

Les commentaires sont validés par l'administrateur du site avant modération. Merci de votre compréhension.